mardi, octobre 17, 2017

"Léo et Louis" d'Alain Primatesta

Il est de ces romans, légers en apparence, qui se prolongent par un parfum subtil sitôt la dernière page tournée. Il s’agit en général de récits brefs, une histoire en passant, une histoire, celle du garçon d’à côté, de sa mère ou de son père … Quoique, avec « Léo et Louis » d’Alain Primatesta, les pères n’ont de loin pas le premier rôle.

Rome, une mère célibataire, son fils grand ado, une lettre, un courrier, un faire-part, on annonce le décès d’une femme, la femme d’un homme qui aurait pu, qui aurait dû être  l’époux d’une autre. L’ado, curieux, pose quelques questions, interroge et le voile sur un secret vieux de dix-huit ans se déchire. Robert Laprat, l’expéditeur du faire-part, est le père de Léo. Cette prime révélation va pousser notre jeune héros dans une sorte de billard existentiel. Il n’est pas le joueur, il est la bille, frappée par une autre bille ; il rebondit contre la bande et frappe une troisième bille qui disparaît dans une poche. Plus prosaïquement, Léo décide de partir à la rencontre de ce père inconnu, ce Robert en totale rupture et commence un périple ferroviaire italien doublé d’un second récit en échos, mise-en-abîme, un roman trouvé coincé sous un siège.

Primatesta nous promène avec délice dans cette Italie post-félinienne, parmi les aléas de la Ferrovia Statale, et l’auteur s’y connaît, c’est un grand spécialiste de la chose ferroviaire ! Il nous raconte Milan, la Stazione Centrale, le chic lombard, l’opulence, l’exubérance et la retenue de la grande ville. Il le fait dans une langue claire, une belle écriture blanche, le détail parlant, une délicatesse d’autant plus adéquate que le récit prend alors un virage, une rencontre, le jeune Léo se découvre et le lecteur alléché le découvre par la même occasion. Il n’est pas question de sensualité en vrac, déballage de nichons plus ou moins flétris ou concours de calibres, avec tout ce que l’on n’aimerait pas savoir de la pratique des boîtes à cul … Primatesta nous offre de l’érotisme, du vrai, pur et dur (prenez-le comme vous voudrez), de l’allusif encore plus électrique que dans « Les Amitiés particulières », de ce cochonnet de Peyrefitte. Il faut dire que l’époque n’est plus la même et qu’il n’est pas question de décapsulage tarifé ou de qui fait l’homme, qui fait la femme ?

Comme annoncé plus haut, le récit central fait échos à une aventure sentimentale qui, elle, se serait déroulée au début du XXème siècle, dans l’arrière-pays niçois. On croirait lire un roman de Germaine Acremant (Ces dames aux chapeaux verts) ou de Jean de la Brète (Mon oncle et mon curé), cette bonne littérature populaire de la fin du XIXème et du début du XXème, pleine d’humour, de situations piquantes, de bon sens et d’une certaine morale. Léo lit les aventures de Louis et, peut-être, un lecteur de « Léo et Louis » se sentira personnellement interpelé, reconnaîtra le motif … ou la figure pour reprendre la métaphore billardesque précédemment filée. Bref, avec « Léo et Louis », Primatesta ne cherche pas à éblouir par quelque effet, c’est un bon artisan, un excellent conteur qui, au passage, nous en apprend pas mal sur l’histoire du transport public. De belles scènes, de jolis panoramas, des personnages crédibles, des situations touchantes : ne reste plus qu’à adapter « Léo et Louis » au petit écran, une jolie mini série de 5-6 épisodes pour la prochaine saga de l’été.



lundi, septembre 11, 2017

Première séance sous ma présidence.

J’ai apperemment raté une grande carrière d’humoriste … Première séance du Conseil Communal sous ma présidence, 28 pages de fil rouge, tout le déroulement de la soirée selon … selon ce que j’en connais depuis les deux ans (ou un rien moins, il me semble que je suis entré au Conseil Communal novembre 2015), donc selon ce que j’en connais, ce que j’en ai appris au cours d’une année de vice-présidence, ce que l’on m’en a dit et les explications que j’ai reçues. J’ai aussi longuement consulté les notes de mes prédécesseurs, sur Dropbox. J’ai reçu les codes de cette mémoire dans le « nuage » avec un pin’s aux couleurs de Morges et une pince à cravate armoriée de même, les prérogatives du président ! Et il y a eu la séance du bureau du Conseil, le mardi de la semaine précédente, l’occasion de servir du thé aux membres de ce cénacle au service du bon déroulement de l’institution présidentielle.

Je commence par les salutations alambiquées, je poursuis par le panégyrique de mon prédécesseur, les divers du bureau et, bing, ça commence. Un importun conteste le fait que je soutienne une pétition contre la fermeture d’un bureau de poste excentré. Bon, bon, je fais voter, le Conseil me soutient, jusqu’ici ça va, comme le disait l’homme qui s’était jeté du haut du vingtième à chaque étage le séparant du sol. Ça se corse avec une motion transformée en  postulat et, surtout, le vote du Conseil sur la chose. On ne peut pas simplement lancer à la cantonade « Etes-vous d’accord de faire comme on vient de dire ? » Que nenni, Il faut refuser pour accepter la décision selon une formule précise. La dite formule est surtout parlante aux vieux routiers qui, en général, se tiennent sur les premiers rangs de chaque groupe, histoire de donner l’exemple au reste de la troupe.

A ma décharge, je n’étais pas le seul dans le jus ! La scène était cocasse même de ma place, et pendant que chacun discutait le bout de gras, j’avais le temps de la réflexion. J’ai tout de même tout fait tout bien sur LE point important de cette onzième séance de la législature (quoique j’aie un doute, onzième ou douzième séance ?). Et pour le reste … J’ai fait face, avec le plus de naturel possible, et humour. Du coup, les Conseillers sont repartis de bonne humeur, plutôt détendus. J’ai inauguré le Conseil interactif. Chacun se prononce sur les décisions, soit, mais avec moi chacun a pu discuter de la forme, plongeant dans le règlement, proposant son interprétation. Pour l’occasion, j’avais sorti l’image de saint Expedit, le saint que l’on prie pour que les choses aillent vite et, effectivement, à 22h15, la séance était bouclée. Je vais peut-être rajouter sainte Rita pour la 12ème (ou 13ème ) séance de la législature, la sainte patronne des causes impossibles et désespérées.

Je n’ai pas eu de mauvais retours, finalement. On s’est bien diverti et pas même à mes dépens. Je ne vais pas réitérer le même numéro lors de ma prochaine prestation. Je reverrai volontiers la mise-en-scène mais ça n’est hélas pas possible, quel ennui. On pourrait faire un entre-acte, thé, café, biscuits et laisser de côté les commissions « bout de tuyau » ?! Oh, je pourrai toujours faire une proposition pour l’entre-acte dès la fin de ma présidence, une interpellation ? Non, pas assez contraignante, je glisserai une motion et, selon les conclusions de la commission, hop, je la transformerai en postulat.


vendredi, août 11, 2017

L'honneur des plus faibles (3ème extrait de "Credo")

Hier soir encore, je regardais un épisode de « Maigret » intitulé « Le témoin récalcitrant ». Il y avait Paris, sous la pluie, l’inspecteur, sa pipe et son pardessus ; il y avait la musique de la ville, le chant des pneus sur l’asphalte mouillé. L’histoire était sordide, affaire de gros sous, de paraître et de bonne famille. Maigret a pris un blanc sec, un cassoulet en plat du jour, quelques reproches d’un juge d’instruction, un monsieur qui dîne en ville et, en échange, il a donné de la voix, dans la finesse, le tact et beaucoup de commisération, quasi de la tendresse. J’ai toujours trouvé mes modèles chez des enquêteurs, parfois de super-enquêteurs, Steed, Poirot et Maigret. Ce dernier s’impose à moi à postériori ; il diffère du fait de son humilité, des ses manières communes et de sa non-élégance. Il est au-delà. Bruno Kremer le fait toujours avancer d’un pas égal et pesant, quelque chose de terrien et de confiant. Maigret ne rentre pas dans le moule ce qui ne fait pas avancer sa carrière. Ça ne le touche pas plus que tant. De même, il n’est pas attaché à la vérité de façon névrotique. Il résout des situations plutôt que de traquer le coupable. Et toujours la toute petite musique du monde tel qu’il tourne pour les négligés, les pauvres, les demi-déclassés. Le vrai luxe tient dans un lit profond, nombreux oreillers, une couche matrimoniale en faux Louis XV avec le sommeil du juste qui va de pair. Maigret, si moche soit le monde et discutable la vie de son auteur, nous parle de douceur, un tout petit geste, des riens tels qu’apporter des cigarettes à un détenu, retourner pour rien auprès d’un témoin, le laisser épancher sa peine, se soucier des canaris d’un défunt ou, pour Madame Maigret, donner un petit rien à un père divorcé qu’il pourra offrir à sa fille. Nous avons besoin de douceur, de ces gestes qui ne sauvent pas mais apaisent et accordent le pardon, comme l’invitation à sommeiller dans une couche céleste, le grand repos et tant pis pour ce qui n’est pas achevé, pour ce qu’il faut faire, sortir de l’urgence par une caresse, la main compatissante et invisible qui absout tout et couche dans le même lit de tendresse le lion et l’agneau, la victime et l’assassin, le condamné et le bourreau. « Ils ont brisé leurs glaives en charrue », traduction des plus libres et de mon cru (j’ai très peu fait de latin), voilà qui ouvre de belles perspectives mais « ils ont déchiré leur orgueil en une couche », ils ont réduit en petits morceaux, en charpie la précieuse étoffe de leur orgueil pour en bourrer le matelas, l’édredon et l’oreiller d’un lit idéal, le repos des pauvres, des boiteux, des esseulés compose le véritable mot d’ordre auquel notre cœur doit s’attacher.


Paradoxalement, Berlin m’a offert la bonhommie de Maigret. Paris, l’occupée, la libérée, la vainqueur  n’a jamais pu offrir ne serait-ce qu’un peu de soulagement. Le triomphe, si maigre soit-il, interdit ce genre de charité. Berlin l’humiliée, la ravagée, la divisée a, dès la réunification, tourné son attention vers les « petits », les plus faibles, soigner leur honneur piétiné, offrir enfin le repos que n’osaient plus espérer les cœurs fatigués.

mardi, août 01, 2017

Discours du 1er août, célébration officielle Morges 2017

Monsieur le syndic, Mesdames et Messieurs les municipaux, chers collègues du Conseil, Mesdames et Messieurs de Morges ou d’ailleurs

Cette année, le conseil communal a élu un historien à sa présidence, permettez-moi donc de revenir sur deux ou trois éléments historiques constitutifs de notre fête nationale. Premier scoop, le 1er août n’a été déclaré fête nationale qu’à partir du jubilé de 1891, et ce jubilé n’a pas connu le même retentissement que notre récent 700ème anniversaire de la Confédération. Soit, trois représentants de Uri, Schwytz et Unterwald ont fait un serrement au nom de leur Etat respectif mais la portée du dit serrement n’était que défensive. On est encore loin d’une Constitution en ce 1er août 1291. On ne sait même pas si les trois intéressés ont signé un pacte. Celui que vous pouvez voir aux Archives des chartes fédérale est, selon certains historiens, une réplique, postérieure, un joli document qui fait sérieux parce que nos trois Suisses, en cette fin de XIIIème siècle, ne se doutaient pas que leur union allait faire florès. De la confédération des trois, aux huit, aux treize cantons – notre patrie s’est construite comme l’Europe Unie – cette proto-Suisse s’est fait une place mais on reste très loin d’un État organisé par une Constitution. Jusqu’au XVIIIème siècle, l’indépendance de ce qui n’est pas encore vraiment un pays est garantie par le roi de France. Il lui arrive d’arbitrer les conflits entre les confédérés et leurs voisins. Lorsque Berne dévore la pacifique Savoie et occupe le territoire vaudois, nous prive de nos droits civiques, interdit la pratique de notre folklore et nous impose une morale et une foi qui ne sont pas les nôtres, la couronne de France va venir à la rescousse de notre malheureux souverain, le duc de Savoie, et lui obtenir la restitution du Pays d’Annemasse, du Genevois, du Pays de Gex et d’un partie du Chablais. A propos de la France, c’est même une figure politique majeure de son histoire, le cardinal de Richelieu, qui aurait inventé notre nom français : les Suisses. Il était lassé de s’écorcher la bouche à dire les « Schwitz » pour parler de la garde du même nom.

Jusqu’en 1798, on est encore assez loin d’un État de droit garanti par une Constitution ! En cette fin de XVIIIème agité, lorsqu’on éternue à Paris, c’est une tempête à l’autre bout de l’Europe. Et c’est ici qu’intervient notre grand patriote, je pense à Frédéric-César de la Harpe. Il va galvaniser les Vaudois – et il en faut de l’énergie et de la volonté pour galvaniser un tel peuple ! – il va mener ses concitoyens à la révolution. Il agit depuis la Cour de Russie où il occupe la charge de précepteur du futur tzar Alexandre Ier. Après un bref retour dans la République de Genève voisine, il sera appelé à rencontrer directement Bonaparte dont il avait l’oreille, la sympathie et le soutien. Laharpe va réussir à nous faire libérer de l’occupation bernoise. Il n’est pas seul dans ce canton, il est appuyé par son fidèle ami morgien Henri Monod, et par d’autres révolutionnaires, Peter Ochs à Bâle entre autres. Ensemble, ils vont tous tenter l’expérience de la République helvétique, avec une Constitution qui, de loin, ne plaît pas à tous. Il n’y a pas de démocratie possible lorsqu’on impose un système, si parfait soit-il. L’adhésion du peuple à ses propres autorités est nécessaire. C’est pourquoi Bonaparte apporta l’Acte de Médiation à la Suisse après l’échec d’un Etat centralisé, il inventa notre fédéralisme !

Coup de théâtre en 1815, la puissance tutélaire s’effondre définitivement. Napoléon est envoyé à Sainte-Hélène et le Congrès de Vienne décide d’agglomérer les cantons suisses à la Confédération germanique, de céder le  Valais et Genève à la dynastie des Bourbons rétablie sur le trône de France et de restaurer l’autorité d’occupation bernoise sur ses anciens Etats vassaux. Par bonheur, le grand Laharpe gagna pour la seconde fois l’indépendance de notre canton en faisant intervenir son influent élève, le tzar Alexandre Ier. Alexandre exigea donc que le Congrès déclare la Suisse une, neutre et indivisible dans sa forme proto-fédérale et garantisse de même l’indépendance des cantons entre eux. Berne reçut en dédommagement les territoires francophones de l’ancien évêché de Bâle pour le malheur des Jurassien. Et on accommoda l’Acte de médiation pour en faire le pacte fédéral.

Retrouvons à présent cette Suisse des premiers temps, Uri, Schwyz, Unterwald devenu depuis lors Obwald et Nidwald, soutenus par Lucerne, Zoug, Valais et Fribourg. Tous ces cantons ont pour point commun le fait d’être catholiques et ruraux. Ils ne se sentent pas garantis dans leur intégrité territoriale. Ils ont peur de Zürich, Berne ou Genève. Ils concluent alors un pacte secret, une ligue d’exception, une Sonderbund. Ils mettent en place des milices défensives et vont chercher appui auprès des puissances étrangères dont, ironie du sort, l’empire autrichien, celui-là même contre lequel ils s’étaient rebellés en août 1291. Et comme tout secret finit toujours par être éventé, la diète fédérale (l’exécutif suprême à l’époque), somma les intéressés de dissoudre leur ligue, ce qu’ils refusèrent et ce fut la guerre civile, la guerre du Sonderbund menée avec tact et efficacité du 3 au 29 novmbre 1847 par le général Dufour. Sitôt la victoire remportée, il imposa l’idée d’un véritable Etat nation, de notre Etat fédéral. On se dota enfin de notre première vraie constitution dès 1848, et d’une capitale à Berne, d’un tribunal fédéral à Lausanne et d’une école polytechnique à Zürich.

On est alors assez près de l’idée que l’on se fait aujourd’hui de notre Suisse. On vante les mérites de chacun, on construit un palais fédéral recouvert de fresques allégoriques et mythologiques, on va se chercher des origines communes. On ne se raconte pas des histoires mais une histoire, presque vraie, pas moins fausse que celle de nos grands voisins. On tâtonne un peu, Guillaume Tell est de la partie, nos trois Suisses aussi, Winkelried, on susurre même pour faire plaisir aux romands le nom de la reine Berthe mais elle est trop catholique, et c’est une femme. On préfère la figure tutélaire de vrais hommes, et on a une bien belle Constitution que l’on rénove en 1874, et on finit même par remettre en avant le fameux pacte du 1 août 1291, on décide que ce sera le 1er même si le texte du pacte ne fait référence qu’à « début août » et tous les voisins ont leur fête nationale, pourquoi pas nous ? et ça fera bientôt six cent ans que ce pacte a été conclu, si ce n’est pas une bonne raison pour instituer nous aussi notre fête nationale !

Mesdames, Messieurs, chers concitoyennes et concitoyens, ne soyons pas embarrassés par l’aspect artificiel de nos célébrations, regardons plutôt la très longue route de 1291 vers 1848, vers cette première Constitution dont nous sommes tous les filles et les fils. Soyons fiers du chemin parcouru sans pour autant être oublieux de l’histoire, l’authentique, celle que l’on n’ose pas trop évoquer de peur de fâcher un canton voisin, ou quelque personnage historique à l’aura intouchable. Oui, Zürich cherchait à travers la seconde guerre de Kappel à imposer sa domination économique plus que sa vision du protestantisme. Oui, Berne a occupé et exploité notre canton durant plus de 250 ans, entre autres sous un fallacieux prétexte religieux. Oui, la révérée Germaine de Staël n’était pas une amie de la révolution vaudoise, à laquelle elle s’est opposée, entre autres par peur de perdre son important patrimoine. Tout cela est vrai quoique pas très agréable à entendre. Nous n’en sommes pas moins restés unis. Au-delà des inimitiés, des discordes, de la méfiance, nous sommes un pays, solide, prospère, pas encore au sommet de nos capacités démocratiques. Il a fallu attendre 1971  pour que l’on accorde enfin le droit de vote fédéral aux femmes et vingt ans plus tard en Appenzell Rhodes-Intérieures.


Mesdames, Messieurs, chers collègues du conseil afin que nous continuions tous à progresser sur les voies de la démocratie, je vais vous demander d’associer toutes celles et ceux qui ont fait notre pays, quelques soient leurs origines, culture, langue, confession. A titre d’exemple,  je vous soumets les noms d’Auguste Piccard, Frédéric-César Laharpe, Bonne de Berry, Amédée VIII, saint Nicolas de Flue, Jeanne Hersch, Rudolf Steiner, Karl Gustav Jung, Robert Walser, Louise Ruedin, Guillaume-Henri Dufour, Léna Boegli ou Félix Vallotton. Ils ont tous et tant d’anonymes, fait la Suisse. A chaque premier août, nous pouvons les associer à nos festivités. Ne nous cachons pas la vérité, il reste encore beaucoup à faire. Nous n’avons pas encore réalisé une complète égalité homme-femme, nous n’avons pas encore un vrai congé parental, il reste encore à accorder le mariage aux personnes de même sexe et sauver nos retraites par le revenu de base inconditionnel, sans parler de la condition animale. Tout cela sera pour demain. Aujourd’hui fêtons dignement la patrie, Vive la Suisse, vive le Pays de Vaud. 

Frédéric Vallotton
président du Conseil Communal 
Morges

samedi, juillet 01, 2017

"L'ordre divin" de Petra Volpe

Je ne suis pas particulièrement porté sur les récriminations féministo-féministes, les « elle pleut » et autres « excusez-moi Madame d’avoir un pénis », d’autant plus que la pesanteur de l’ordre patriarcal et le mépris de l’égalité des droits, c’est bon, je connais, et plutôt bien en tant que gay. Bref, je milite pour une parfaite parité salariale, que les hommes puissent arrêter de travailler pour s’occuper des enfants pendant que Madame ira jouer les gros bras au boulot, les enfants n’en seront que mieux élevés. Et hors de question qu’une femme touche à mon linge, c’est le plus sûr moyen pour se retrouver avec des chemises difformes ou décolorées ! La femme est un mec comme les autres, un parfait objet de non-sexualité pour moi et, très souvent, mon meilleur pote intellectuel. Et service militaire obligatoire pour tout le monde, et dommage qu’on ne puisse se passer de femmes pour faire des enfants, les garçons seraient certainement plus réussis.

Je suis toutefois allé voir Die göttliche Ordnung (L’ordre divin ) de Petra Volpe, attiré par une bande-annonce pleine d’humour et qui fleurait bon le style de ma lointaine enfance. Pour ce faire, j’ai choisi une belle salle, mon cher Odéon, son charme, son confort, le cinéma de mon enfance (encore). Je n’ai pas été déçu. Le film va du reste bien plus loin que la cause du droit de vote (fédéral) des femmes au tournant des seventies’. Le scénario est simple. Prenez un bled dans le fin fond de la Casque-à-Boulonnie, à savoir Appenzell truc-bidule intérieur ou extérieur ? Bref, un royaume pygmée suisse. Une femme, Nora, son mari, ses deux garçons, son vieux con de beau-père à la maison, le reste de la belle-famille dans une ferme, et une nièce révoltée, une réputation de p… parce qu’elle a le culot de choisir,  et ne se sent pas pour autant liée à vie à un garçon parce qu’elle a « bricolé » avec lui. Comme si on achetait une paire de chaussures sans l’avoir essayée ?! Cette jeune fille, sa révolte seront le catalyseur de l’aventure de Nora, suffragette de la dernière heure, une aventure commencée quasi seule puis soutenue par le reste des femmes du village.

Il y a d’abord une atmosphère, une lumière, un style, des accessoires : mon enfance encore, ce n’est plus un film mais une madeleine de Proust cinématographique. C’est ainsi que j’ai vu défilé de la vaisselle du même modèle que celle dans laquelle je mangeais, un téléviseur « Médiator », des marques de produits de grande consommation suisse obsolètes aujourd’hui, une façon étouffante d’éclairer les intérieurs, toujours des lumières diffusées par d’affreux plafonniers, une douche plombante au-dessus de la table du dîner garnie de mets pesants. Et l’emploi du tricot, plein de vêtements en tricot biscornus !

Le joli couple Nora – Hans vit heureux, apparemment ; les deux personnages sont interprétés par Marie Leuenberger et Maximilian Simonischek, belle adéquation entre leur jeu et la direction d’acteurs. Le joli couple donc n’est pas si heureux. La grande force du scénario est de montrer à quel point hommes et femmes sont pareillement victimes du système. Le grand-père est coincé dans une attitude rigide vis-à-vis de ses petits-fils plutôt que d’être leur complice, les hommes n’ont pas le choix de leur vie, leur métier, ni la liberté d’exprimer opinions ou sentiments, et les femmes ! Grossesse obligatoire, bonnes à tout faire et tintin sur la gaudriole. L’un des moments les plus forts, les plus émouvants, lorsque Nora, parmi les femmes du village insurgées avoue n’avoir jamais connu d’orgasme, et pourtant elle a épousé l’homme qu’elle a toujours aimé. On a de la peine pour elle. Il faut dire que les hommes ne sont pas … comment dire … encouragé à explorer leur sensualité ni celle de leur partenaire. Le pompon, c’est que le principal représentant de l’ordre établi dans le village est une femme, une vieille fille âpre aux gains en chapeau et mercedes verte, la grande patronne de la menuiserie où travaille Hans. Inutile de dire qu’elle est opposée à l’obtention du droit de vote des femmes.


Comme toute bonne fable, « L’ordre divin » se termine bien. Nous sommes en Suisse, nos séismes politiques, nos changements de paradigmes n’en sont pas, pas vraiment. De plus, on rit, de bon cœur, il n’y a pas de vrais « méchants », quelques gros cons qui souffrent plus qu’ils ne font souffrir. Ce film pose les vraies questions du rôle fondamental de l’homme et de la femme, à moins qu’il n’y ait pas de rôle fondamental attribué à chaque sexe ? est-ce bien nécessaire ? Ne suffirait-il pas d’être ?!

mardi, juin 13, 2017

Election à la présidence du Conseil Communal

« Merci à tous ceux qui m’ont élu. Pour les autres, ne vous inquiétez pas, mon mandat ne dure qu’une année. J’espère toutefois ne pas avoir été choisi sur des critères soviétiques ? L’ex-URSS désignait ses représentants officiels sur un certain nombre de leurs qualités dont l’une, la plus importante peut-être, celle de pouvoir tenir l’alcool. A ce propos, je vais innover en tant que prochain président du Conseil Communal de Morges. Vous n’êtes pas sans savoir que, après chaque réunion du bureau, nous terminons la séance autour d’un verre ; je compte aussi y servir du thé, du bon thé, car tous parmi les membres du susmentionné bureau ne boivent pas d’alcool. J’ai du reste ce matin-même fait l’achat d’un service à cet effet. » Discours de remerciement, mercredi 7 juin 2017, avant dernier conseil de la législature, le grand raout des élections … tacites ! Un peu de suspens tout de même parce qu'un parti, celui que j'ai quitté, nous a fait ... un caprice, dirons-nous.

La grande question n’était pas être ou ne pas être élu mais comment, à combien de voix, sur un tour ou la honte d’un second tour ? Finalement, une certaine gauche, une partie d’une certaine droite aussi – et le centre de même – a plus ou moins bien digéré mon changement de parti et a décidé de m’élire (selon un accord tacite) avec un score décent, 65 sur 88 (beaucoup d’absents et, donc, potentiellement, autant d’opposants). Personnellement, j’ai toujours pensé que « ne pas faire l’unanimité » était une qualité. Je ne m'étendrai pas sur cette « certaine gauche », cette « partie d'une certaine droite » ni ce « centre de même». Je me réserve pour Bananaland, le petit essai drolatique à caractère piquant que je me promets d’écrire sitôt mon mandat politique terminé. Cela pourra aussi servir de guide du système politique suisse, avec ses stupéfiantes qualités et ses menus travers. Je vous l’ai dit, je termine mon mandat au conseil communal et je raccroche avec la politique ( voir mon billet Dimanche soir, fin de campagne).

En quoi consiste le rôle de président ? donner la parole à Pierre, Jacques ou Jean (pourvu que l’on reste sur la bonne vingtaine de conseillers qui prennent systématiquement la parole et les autres de garder le silence, je n’ai pas encore en tête le nom de tous mes quatre-vingt-dix-neuf autres collègues)(oui, "quatre-vingt-dix-neuf", histoire de faire bisquer les puristes de la vaudoiserie) et aller inaugurer les chrysanthèmes, représenter les citoyens morgiens … Ça tombe bien je suis Morges ! Je n’ai jamais perdu le lien avec mon terreau, je l’ai mis en perspective avec Lausanne (mon Dieu, ce que l’on peut avoir mauvais goût quand on est jeune), Paris, Berlin, Barcelone, Suttgart, Münich, Madrid, Dresde, Bâle, Saint-Pétersbourg, NY, Bordeaux. Hambourg, Varsovie, etc. Ah ! Le chant des villes. Pour certaines d’entre elles, ça tient de la symphonie et d’autre du piccolo. Selon cette échelle, Morges se situe au niveau de la flûte à bec. L'un des avantages annexes du rôle de président : la satisfaction narcissique de se voir en photo dans le journal. Notre bonne feuille locale a rendu compte de ce mercredi d’élections et a illustré son propos par un cliché du Conseil et … ma photo ! réalisée lors de la soirée de l’Indépendance de l’UDC district de Morges. Je suis fort bien, un peu photoshopé, juste ce qu’il faut. Très joli, encore mieux que l'original !


lundi, mai 29, 2017

"Et à la fois je savais que je n'étais pas magnifique" de Jon Monnard

Jon Monnard, le beau Jon Monnard signe son premier roman, une fable sur la jeunesse, le talent, la littérature, les faux-semblants et la vanité d’une époque qui ne sait plus lire (et si peu écrire). Si Rastignac était écrivain et avait trop de sensibilité …

Je l’ai repéré au Dîner des auteurs, la Villa Sarasin, le dernier Salon du Livre de Genève, un grand garçon les cheveux auburn, roux foncé, roux … comme le roi David, mon petit penchant sémitique. Je m’égare. Il conversait avec Max Lobe, très cher ami, très bon signe. Il lui passait son livre « Et à la fois je savais que je n’étais pas magnifique », un bon titre, accrocheur, une belle couverture et l’auteur a une mine avenante, le ton agréable, une certaine retenue et, à la fois, de la spontanéité. J’emprunte le volume de Max, lis quelques lignes, un carottage de deux, trois extraits qui me plaisent. Je me verrai bien le livre entre les mains, passer un peu de temps avec. Echange de coordonnées électroniques, il me promet de m’en envoyer un exemplaire, en vue de ce billet. Je lui passe la référence de quelques ouvrages que j’aime (Mauriac, Green, Mann, un peu connoté vous me direz …), Jon est un auteur qui lit ! qui compte élargir son horizon et qui tient ses promesses. Le livre reçu, il ne manquait plus que l’occasion de le lire.

En fait, je comptais vous faire un billet sur Milan, petit séjour de l’Ascension, tre giorni e mezzo, de grandes lunettes noires vissées sur le nez – un chalazion récalcitrant me boursoufle la paupière gauche – Ray Ban, de la marque évidemment, je vais dans une capitale de la mode, pas à Trifouilli-les-Oies. J’avais déjà défloré le texte, un quickie de quelques pages, un très très bon moment, la découverte du corps du texte comme une chemise que l’on ouvre sur un torse, la caresse de l’œil, un peu maladroite, un peu pressée, les pleines promesses d’une rencontre inespérée, l’affaire est consommée. L’escapade milanaise tombait bien. C’est LA ville où lire le premier roman de Jon, une fable qui, comme toutes les fables, est le résultat d’une aventure intérieure, d’un bout de vie. Jon a 27 ans, nous n’avons plus affaire à de la pédophilie culturisante. J’en ai vu des jeunes merdeux lettreux qui roulaient des mécaniques et leurs jeunes promesses un peu courtes … Et les gargarismes d’admirateurs en vue qui s’imaginaient effeuiller autre chose que les pages d’un volume inepte … Je m’égare encore … à moins que je n’illustre par la démonstration.

Le lecteur est donc amené à suivre le jeune Coska parmi les tartuffes d’une école d’art péteuse où chaque élève prend la pose. Jon a le regard acéré de ceux qui savent voir. Puis Coska dans sa solitude, ses espoirs littéraires, l’opportunité, un concours, et le raté devient une star, à la force de son talent, oh, la jolie success-story à deux balles dont sont remplis je ne sais trop combien de romans ne valant pas même le prix de l’allumette pour y bouter le feu ! Mais notre auteur, le vrai, pas son avatar, a dépassé le cliché avec son hybridation entre mode et littérature. Il a imaginé une créatrice de mode voulant donner plus de profondeur à son immense carrière de chiffons en y imprimant des mots.


En sus – Ohhh, oui, en sus ! – Jon donne vie à tout une galerie, des personnages archétypiques : Mercure, Ghiaccio, le libraire La Colère, un véritable bestiaire, un échantillonnage de travers, de lâchetés diverses et de compromission. Il y a un rythme, une musique, une saveur ; le texte a la vertu de nous faire voir le monde avec plus d’acuité. On est pris du dégoût que, légitimement, tout individu sensé devrait ressentir en tournant les pages de magazines de mode, ce déballage de pseudo-références pillées à la vraie culture. Jon Monnard ne manque pas de lettres, ni de référence. Il sait asseoir son univers et distiller son monde. Il a des goûts un peu top impressionnistes selon mes critères, mais ça tombe juste, comme un pantalon bien taillé. Notre auteur perlabore du reste son personnage public comme son texte, un important travail d’équilibre, d’équilibrisme d’où mon intérêt pour son roman, la frontière ténue entre l’être et l’œuvre, jusqu’où payer de soi son succès, le succès de son travail d’auteur ou celui d’un titre ? Et quel succès ? comment le mesurer ? en nombre d’articles ? d’émissions de radio, de télé ? d’invitations mondaines ? d’activités récréatives ? Jon a pour modèle le fragile Scott Fitzgerald, que je n’ai jamais lu, j’ai de la sympathie pour l’image que cet auteur a laissé de son personnage. Personnellement, après quelques titres, peu de lecteurs, quelques invitations – et cela fera bientôt trente ans que je n’ai plus vingt ans, je me suis arrêté à la conviction que la littérature était un sacerdoce. C’est beau, c’est rare, lorsqu’elle rapporte, qu’elle remporte le succès, et souvent ce n’est qu’une mise-en-scène, pas même besoin de citer de noms. Pour le lecteur non-auteur, « Et à la fois … » est un conte intelligent, touchant, de très beaux moments, une fin en apothéose discrète, et pour les auteurs qui le liraient, une mise en abîme de notre activité d’écriveron. 

mercredi, mai 17, 2017

Beauté-subjectivité, petit cours d'architecture sur des cas concrets situés à Morges


Beauté-subjctivité, premier billet d’une nouvelle rubrique. Ce texte a été publié dans le dernier n° du bulletin de l'Association de Sauvegarde de Morges. Je vous livre ici la version originale du texte.

Tous les goûts sont dans la nature dit-on, surtout le mauvais ai-je l’habitude de conclure. Blague à part, l’ASM est consciente qu’il existe des formes multiples du beau, aussi bien dans les édifices anciens que récents. On nous accuse souvent d’être des passéistes, accrochés à l’idée que « avant c’était mieux ». Oui, mais non, chaque époque a ses échecs, ses maladresses, ses ratages en matière d’architecture et d’urbanisme. Toutefois, contrairement à ce que claironne la « sagesse populaire » qui, en l’occurrence, n’a de sage que le nom, il existe des critères objectifs de beauté ! Je ne vais pas revenir sur cette expérience faite avec des enfants à qui l’on présente des photos de visages, et les enfants de classer les portraits en fonction de leur beauté ; chacun a quasi fait le même classement. Il existe donc des critères fixes que nous pouvons selon la situation tout de même modaliser.

Notre notion de beauté en matière de constructions repose sur la symétrie, les proportions et l’intégration. Il est rare que votre ASM soit confrontée à des bâtiments VRAIMENT atroces. Il y a toujours quelque chose à sauver. Nous nous battons avant tout pour maintenir la qualité du bâti, l’homogénéité d’un îlot, le respect de ce qui a été érigé il y a un, deux … cinq siècles. Notre patrimoine, nos monuments ne sont pas que des bibelots posés ça et là pour faire joli. Aux trois critères précédemment évoqués, il faut encore ajouter la qualité historique de la construction. Par exemple, le grenier bernois est typiquement un édifice qui a survécu du fait de son caractère historique ! La plus belle chose que possède ce grenier que le temps n’a pas épargné : sa charpente et sa volumétrie. On aurait pu imaginer une préservation de ces deux éléments, à savoir reconstruire un bâtiment neuf, de la même taille, sous la charpente ancienne. C’est presque ce qui a été fait lors de l’aménagement de la bibliothèque. Lors de cette reconversion, on a perdu les délicates arches du rez-de-chaussée, dommage.

Autre exemple, afin de poser les bases de cette chronique que vous retrouverez régulièrement dans notre bulletin, le Bâtiment Administratif Cantonal place Saint-Louis ! Construction audacieuse, intéressante, adroite, marquée, une réussite ? Un ratage ! L’effet dissymétrique recherché est soit intéressant, voulu, les proportions sont bonnes mais l’intégration est détestable ; ce bâtiment étouffe la maison Seigneux, la dégrade irrémédiablement dans son site car on n’imagine même pas une démolition dans les trente ans à venir. L’ASM s’était pourtant fait entendre mais nos autorités n’ont pas su/voulu relayer nos oppositions. Tant pis. Gardons le cas du BAC comme exemple absolu de ce qu’il ne faut pas faire, que cet échec nous aiguillonne dans nos futurs combats. 

Passons à présent à l’étude d’un cas  précis, une construction emblématique de Morges : la tour du Moulin. Au-delà du débat stérile genre « tous les goûts gnagnagna », votre ASM s’est battue pour la susmentionnée construction lors de sa réfection. Nous avons sauvé ses mosaïques ainsi que les espaces communs du rez-de-chaussée. L’ASM a défendu ce bâtiment non pas par lubie mais en raison des qualités objectives de notre mini gatte-ciel post-lecorbusien. Si nous revenons aux critères précédemment énoncés, la tour du Moulin présente des façades et un plan symétriques ainsi que des proportions agréables. Son intégration eût pu paraître discutable si l’autoroute ne balafrait pas la ville. Le viaduc de béton massif de l’A1 marque profondément le paysage à l’horizontale, son flux est inexorable et seul un geste architectural vertical fort pouvait dompter cette tare. 55 mètres surgissant parmi le bouillonnement des frondaisons alentour,  la façade sud comme une page lignée, les façades est et ouest garnies de leur célèbres mosaïques non-figuratives et la façade nord un peu moins adroite, cela est certainement dû aux coloris employés, un effet de rayures épaisses en gris et mauve-rose. La tour du Moulin jouit du dégagement nécessaire afin de ne pas engoncer sa haute stature, elle prouve que la ville existe au-delà et en dépit de l’autoroute. L’intérêt historique de cette réalisation, notre quatrième critère, est en constant développement. Encore 20 ans et cette tour sera parfaitement intouchable, et dans sa forme, et dans son site. Il me faut introduise un dernier critère, celui de la qualité des matériaux employés et de la réalisation. La tour du Moulin le remplit en bonne partie. Pas de pierre de taille, pas de granit à gogo, de marbre en cascade, pas de ferronnerie d’art mais ces fameuses mosaïques géantes, réalisées à l’aide de plusieurs centaines de carreaux de faïence posés un à un qui, je vous l’accorde, étaient en passe de se déceler. La récente restauration a réglé le problème.

En résumé, l’ASM se fait l’avocate de toute construction morgienne relevante répondant aux critères esthétiques de symétrie (ou dissymétrie ludique/recherchée), de proportions, d’intégration et aux critères complémentaires de valeur historique et de qualité de la réalisation. Dans notre prochain bulletin, nous vous proposerons une analyse de la rue des Charpentiers, l’une des rues les plus remodelées du bourg historique de la ville de Morges.





dimanche, avril 30, 2017

Dimanche soir, fin de campagne

L’électeur a toujours raison, même quand il a tort ! Honneur aux vainqueurs, chaque élu a amplement mérité sa place au parlement. Il n’y a jamais de mauvais suffrages. Il y a, parfois, de mauvaises stratégies, des calculs discutables, des silences quasi coupables, de l’orgueil mal placé, un rien d’égoïsme mal venu. Qu’importe. Chaque élection, si bas soit le taux de participation est une victoire de la démocratie.

Je ne serai donc pas député, mes calculs statistiques n’ont pas été démentis. Je remercie toutefois, chaleureusement, les 2242 électeurs qui ont glissé mon nom dans l’urne. Je les remercie de leur confiance, de leur audace, il est vrai que je ne corresponds pas tout à fait au profil type du candidat UDC. Universitaire, gay, catholique, ça fait tout de même beaucoup pour un seul et même candidat d’un parti de sensibilité agrarienne ! Soit, j’arrive dernier de la liste dans le district, en  meilleure place dans ma bonne ville de Morges, les curieux et les malveillants sauront trouver tout le détail de ma non-élection sur le site de l’Etat de Vaud. Néanmoins, jamais, plus jamais, on ne pourra accuser la direction de l’UDC-PAI Vaud d’homophobie ou de fermeture d’esprit.


J’ai passé une magnifique campagne, j’en suis même venu à apprécier certains candidats de partis concurrents pour qui je ne nourrissais pas une très grande estime. Que ceux d’entre eux qui ont été élus reçoivent ici mes félicitations. Quant à mes colistiers et ma colistière, j’ai connu en leur compagnie de très bons moments. J’espère avoir un tant soit peu participé à la victoire de Philippe Jobin, de Pierre-André Pernoud et du tout nouveau député Sylvain Freymond. L’aventure d’une campagne électorale vaut tous les voyages, toutes les conquêtes, le périple vaut autant que le but, et plus encore lorsque le candidat est un auteur.  

dimanche, avril 23, 2017

Elections au Grand Conseil vaudois 2017




Dernière ligne droite avant les élections, les résultats tomberont dimanche prochain. Deux possibilités se présentent à moi. La première, au hasard, je suis élu ! Je reste conscient, à l’instant où je vous écris, des chances très relatives de mon succès face aux urnes. Donc, je suis élu, je deviens l’un des 150 députés de ce canton. Que vais-je faire dans ce cénacle ? parmi les rangs de « ce parti ! », comme ils disent, ceux qui se donnent le droit de penser, de prendre la parole, de pérorer du haut de leur bien-pensance et de faire la morale à tout un chacun. Certains d’entre eux lancent « tout, sauf l’UDC » sans aller plus loin, restant ouverts à toutes les dérives sectaires qu’imposent leur vision du monde ; une vision généreuse, altruiste, pensent-ils. Mais qu’en savent-ils ? Se sont-ils déjà retrouvés face à un réfrigérateur vide le 15 du mois sans savoir comment le remplir d’ici la prochaine paie … ou les prochaines indemnités chômage, ou l’aide sociale ? Ils se gargarisent de mixité depuis le salon de leur petit pavillon de banlieue à dentistes, antiphonent les louanges de la mobilité douce, des transports publics alors qu’ils se rendent au travail en berline hybride … Et savent-ils ce que c’est d’être gay dans certains milieux ? dans certains quartiers ? Comme disait grand-maman, les chevaux se battent à l’écurie quand il n’y a plus d’avoine.

La maison ne brûle pas, encore. Certains jouent avec des allumettes, parce qu’ils se croient très malins ; d’autres laissent un peu partout des bougies allumées, sans surveillance, ils trouvent que ça fait joli dans la nuit, « c’est plus accueillant pour le visiteur inattendu ». Bref, j’ai choisi le parti qui a décidé d’installer un extincteur à poudre dans l’entrée, des couvertures étouffe-feu dans la cuisine et des détecteurs de fumées dans les chambres, tout en prévenant sur les dangers d’incendie domestique. J’ai choisi un parti qui me laisse m’exprimer, qui, au risque de me répéter, accepte mon orientation sexuelle, ma foi catholique et un esprit parfois piquant. Mon histoire personnelle, mon milieu (modeste), mon parcours m’ont rendu attentif à deux ou trois choses, je crois savoir lire entre les lignes, j’y ai laissé quelques illusions, une certaine innocence mais pas la foi, ni la conviction de pouvoir être utile, savoir prodiguer les soins que l’on m’a parfois sèchement refusé … Pas de pathos. Je ne suis pas un révolutionnaire, je ne suis plus un révolutionnaire, je me suis converti à la realpolitik.


Seconde possibilité, le cas de figure le plus vraisemblable, je ne suis pas élu. Il me faudra, dans un premier temps, supporter les petites phrases amicales du genre « mais tu n’avais aucune chance » ou  « les gens veulent autre chose », sous-entendu « n’importe quoi sauf toi » ou « c’est pas un peu frustrant toute une campagne, autant d’efforts pour rien ? » Mais bien évidemment, je suis la reine des quiches, c’est sûr, j’ai voulu me faire mousser, j’ai vu de la lumière, les petites bougies du précédent paragraphe et j’ai voulu rentrer. Ah ! les amis, les proches, les soutiens de toujours et leurs pensées positives. Du coup, ça donne envie d’aller voir ailleurs. Si je ne suis pas élu, j’ai décidé de prendre des cours de catalan et de flamenco. Dès la fin de mon mandat de conseiller communal, je mettrais volontiers le cap sur la Catalogne. La très catholique Espagne, un climat plus clément, pour peu que je décide Piou-piou à me suivre, Lou’ adorerait courir sur la plage. J’aime Barcelone, j’aime ce peuple, j’aime l’Espagne et j’aimerais susciter un parti royaliste catalan. Je me verrais bien mener les Catalans à un accord avec Madrid du genre Autriche-Hongrie, une unité avec la couronne et tout le reste de séparé … La suite au prochain épisode.

dimanche, avril 16, 2017

"Garten der Sterne", film de Stéphane Riethauser et Pasquale Plastino.

 « Laissez les morts enterrer leurs morts » disait-Il, et à raison. Par contre, il n’est pas interdit de leur rendre visite, de vivre parmi eux, de les accueillir dans le fil de notre vie, notre récit, et s’en retourner honorer leurs tombes au cimetière, un espace social comme un autre.

Il existe à Berlin, dans mon cher Schöneberg, derrière la Hauptstrasse, le fitness, le cinéma Odéon, la librairie d’antiques et d’occasion, il existe ce lieu paisible découvert par le hasard d’une promenade, un cimetière ancien, à la fois perché sur une petite colline et paresseusement adossé à son enceinte. Nous l’avons parcouru avec Christine, admirant les monuments funéraires Bidermeier, les belles essences, les parterres toujours entretenu. Il est vrai que l’on peut « parrainer » une tombe ancienne, on devient son jardinier, on garde la pierre propre, on fait tout comme s’il s’agissait de la tombe d’un proche.

L’Alter Sankt-Matthäus-Kirchhoff offre d’autres originalités. Il y a son carré des enfants morts-nés, son carré gay et un café, le café Finovo, jouxtant un commerce de fleurs. Il s’agit d’un café « funéraire », comme il en existe chez nous, ou presque, de ces tea-rooms accueillants et nostalgiques juste en face du cimetière, où l’on finit toujours par finir d’enterrer nos morts dans le café, le thé, la pâtisserie et, parfois, encore une petite goutte de jaja. A Berlin, on est pragmatique et poète à la fois, le café se trouve donc DANS l’enceinte du cimetière. On pourrait croire qu’il a toujours existé, que nenni, il est l’œuvre de Bernd, grand ordonnateur laïque de rites à inventer et nouveau Charon.

Et c’est ici qu’intervient la magie des réseaux sociaux. J’entretiens une amitié désincarnée avec Stéphane Riethauser, réalisateur genevois d’adoption berlinoise. Il y a quelques semaines de cela, il annonce fièrement la sélection de son film « Garten der Sterne », co-réalisé avec le scénariste Pasquale Plastino,  au Achtung Berlin Festival. Ma curiosité est éveillée, je vais regarder le trailer sur Vimeo et me retrouve dans le fameux cimetière de Schöneberg, où, entre autres, sommeillent les frères Grimm. Ni une, ni deux, je contacte Stéphane en message privé, lui demandant quand sortira le film en Suisse, et où, pour combien de temps, et …, et … , et l’intéressé de me passer un lien magique que je puisse visionner son film en streaming à défaut d’un grand écran.

Le duo Riethauser-Plastino a du talent, incontestablement. Le récit est resserré sur un conte des frères Grimm. Le spectateur est invité à découvrir les lieux, l’histoire de Bernd et de feu son compagnon Ovo, les ravages de la pandémie sida dans les années 80, comment Bernd a eu l’idée d’ouvrir un café dans le cimetière, et le carré des enfants morts-nés, les étoiles de ce jardin, tout un rite à inventer, et le « squat » de tombes historiques par des défunts d’aujourd’hui, et le carré gay où il est permis de trouver des tombes communes indiquant « ci-gisent X, pilote de chasse, et Y, maître coiffeur ».


La maîtrise de la caméra se fait avec ce qu’il faut de lyrisme et de naturel. Le spectateur passe d’une saison à l’autre, de très beaux plans séquences qui chapitrent le conte des frères Grimm, l’histoire de l’homme pauvre qui donne la mort pour parrain à son dernier-né. Parfois une saynète comique ou surprenante, comme un interlude, puis le regard calme et doux de Bernd, les parents près de la tombe de ces enfants partis avant même d’arriver. A Berlin, ceux-là aussi ont une place. L’échos assourdi de la bonne vie wilhelminienne résonne entre les allées, la Berlin au-delà de toutes les catastrophes, celle des bonnes gens, avec ou sans chapeau à plumes.

dimanche, mars 26, 2017

Alors, facho ? Campagne d'élection au Grand Conseil vaudois


La campagne vient de commencer, un premier, un second marché, chez moi, à Morges, une distribution de pommes un lundi matin, tôt, 6h30-7h30 à la gare, avec le candidat Nicolet et un petit flyer glissé sur FB, trois fois riens, mon portrait suivi du logo de … l’UDC-Vaud !

Pour faire simple, je rappelle à la foule en délire que l’UDC est le premier parti de Suisse et que, donc, si je suis facho, je fais partie d’une majorité de fachos. Quel plaisir de faire, pour une fois, partie de la majorité ! Habituellement, je suis un croyant dans un océan d’impiété, un catholique pratiquant au milieu de foules hérétiques, un végétarien sans cesse en bute à la majorité carniste et un gay, assumé, casé, très pépère dans notre mode de vie avec Piou-Piou et le chien, notre Lou’, dans une société hétérocentriste. Laissez-moi juste trente secondes pour jouir du très rare bonheur de faire partie d’une majorité. Rhaaaaaa.

Plus sérieusement, la sus-mentionnée majorité, plus précisément l’extrait que nous représentons sur le district de Morges est composé … de gens, d’individus, ni bas-plafond, ni extrémistes ni, forcément, agriculteurs. Soit, il y en a, il s’agit du corps de métier le mieux représenté dans notre groupe mais notre canton n’est-il pas entré dans l’ère industrielle grâce à son agriculture ? Herr Dr. Nestlé n’a-t-il pas lancé le premier grand programme industriel du canton du fait même de sa production laitière ? Sans vaches, pas de lait condensé. A la section, nous donnons donc dans la viti-, l’agri- et la culture ! et deux ou trois autres bricoles.

Un quart d’agriculteurs, deux œnologues, un caviste, un entrepreneur indépendant, un chef d’entreprise, un représentant en produits phytosanitaires, un paysagiste, un retraité, un mécanicien sur machines agricoles, un enseignant spécialisé, un enseignant du post-obligatoire, une libraire et un auteur : ce qui nous fait un total de 17 ! Avec la liste n°2 UDC-district de Morges, on vous propose 17 casquettes pour 16 candidats. Qui dit mieux ? Et encore, je n’ai pas fait la liste des attributions politiques, on va du conseiller communal au député en passant par la syndicature. On manque peut-être de dames mais nous ne sommes pas du genre à remplir artificiellement une liste d’une moitié de candidates prétextes. Question diversité, on est pas mal, on compte tout de même un Hongrois. Vous me direz qu’il y en a qui se targuent de présenter une Uruguayenne à l’exécutif. Pas mal, mais attendez que je sois candidat au National, l’UDC-PAI Vaud pourra se vanter de présenter un péquin qui a lu les 2000 pages de « L’Homme sans qualité » de Robert Musil. Combien de partis sont aussi lettrés ?

Je tiens à relever que je n’ai aucune ambition politique, je m’arrêterai au Conseil Fédéral où j’irai faire avec Piou-Piou la tournée des pays homophobes, présentant à des rangées de dignitaires apoplectiques mon homme, le chien sous le bras. Ça fera jazzer mais c’est le but, et je leur ferai la morale, sur deux ou trois autres points encore : antisémitisme, misogynie, violence contre les populations autochtones. J’aurai le droit, je m’en fous de ma cotte de popularité ; quand on ferraille en politique sous les couleurs de l’UDC, la susmentionnée cotte ne dépasse en général pas le deuxième sous-sol. D’ici là, si je suis recalé au scrutin du 30 avril, je n’en ferai pas une maladie. Sur la base de certaines données, j’ai calculé que j’avais à peu près 7,2% de chance d’être élu. Deux sortants sur trois se représentent, le climat est propice à l’obtention d’un quatrième siège, donc deux sièges hypothétiques pour 14 candidats, une chance sur 7 qu’il faut encore modaliser rapport à certains candidats nettement plus en vue que moi. La dame de la liste par exemple, l’exécutif vaudois enrôlerait là une excellente recrue. Avec moi, il ne gagnerait que des surnoms piquants pour une grande partie de ses 150 députés.

Comme me le disait l’une des élues morgiennes du parti typiquement morgien que j’ai quitté : « Tu n’as aucune chance ! ». Merci. Je le sais déjà. On ne se lance pas dans une campagne au législatif pour sa propre pomme. On le fait pour le groupe, je le fais pour ce groupe qui, n’en déplaise aux détracteurs de l’UDC, ne trouve strictement rien à redire à mon mode de vie, ni à la couleur de mes chaussettes, ni au fait que je suis sans cesse obligé de leur quémander le transport (n’ayant pas de voiture et il faut toujours qu’on se réunisse au diable-vaux-vert, ce qui n’est pas pour me déplaire, la campagne vaudoise, le pied du Jura sont si beaux). Bref, ce sont de bonnes gens, sincèrement, et j’espère en faire entrer un maximum dans notre parlement cantonal. Accessoirement, je ne suis pas contre le fait d’y entrer moi-même.



dimanche, mars 12, 2017

La Lumière des Césars - extrait

Le type gazeux rentre faire des bulles à la maison, suivi de son petit chien trottinant, le pas encore plus alerte qu’à l’aller, le contact a été pris, on ne risque plus l’implosion. Le type se fait une tasse de thé et interpelle sa moitié à propos du voisin, rencontré derrière une plate-bande de « Weisse Berliner ». La moitié s’en fout, prend toutefois la peine d’émettre un « mmmh », genre « oui-oui » ou « ah, tiens ». Le type gazeux l’a dit pour le dire, comme s’il s’agissait d’une révélation miraculeuse, en prendre conscience par le simple effet d’une verbalisation. En Oméga, une pièce claire, une maison blanche en retrait de la plage, « Poble sec », Barcelone, l’immédiateté impériale de la Catalogne, un homme est penché sur son journal. Il écrit : Nous mesurons le monde qui nous entoure à l’aune de nos perceptions, et ce monde n’est jamais plus vaste que lorsque nous interrogeons notre cœur.  A côté de lui refroidit une autre tasse de thé, il lève la tête, fixe l’horizon, voir au-delà, au-delà des formes, du règne, des malheur du règne. Il n’est pas doué, tant mieux, il n’aurait pas pu tenir sa place avec le don, le talent d’un Steeve. Il sait toutefois, il ressent cet autre, à l’autre bout, cet apaisement et l’appel incoercible de l’unité, celle qui sera un jour, car « je suis l’Alpha et l’Oméga » a dit le Très Haut, d’où la mission « AEIOU » des Habsbourgs, et des deux côtés afin d’être assuré que survive la double dynastie pour mener à bien le projet. Il ne sait pas quand … lui peut-être ? ou son neveu ? son petit-neveu ? Franz Ferdinand der Zweite pense à son double, le type gazeux, son innocence et l’immense privilège  qu’il lui a obtenu, mieux qu’un royaume, la jeunesse éternelle ou le courage du lion, un petit chien en apparence. Il reprend son récit. La figure de Juda n’est pas celle du traitre mais celle de l’infini sacrifice ; comment le miracle de la Résurrection et le don gratuit de la Rémission eussent pu illuminer la Création sans l’intervention de Juda, le réprouvé. J’ai rencontré mon « assassin ». Les circonstances de son forfait lui sont encore troubles. Il fallait cet acte – fondateur – pour que suive sa venue en Oméga et toutes les péripéties dont il a été témoin et/ou l’acteur. Les signes sont clairs … « Nous sommes tous des étoiles, nous sommes tous des empereurs. »

Le bruit du ressac emplit la pièce, Franzi pose ses lunettes, se lève, respirer l’air du large, se sentir vivre, sans uniforme, sans protocole. L’Espagne (et accessoirement la Catalogne) est une terre éminemment habsbourgeoise. Franzi, comme son double, aime marcher dans le sable, voir s’allonger les ombres au sol. Barcelone le lui rend bien, peut-être un effet de l’immédiateté impériale mais plus certainement un effet de la bonne vie espagnole, un cœur chaud et la tête froide, du sens pratique avec le sens de l’honneur et la commisération propre aux petits peuples catholiques, c’est encore plus vrai en Alpha. L’empereur n’a pas le droit de transiter, c’est constitutionnel, même le slide est proscrit, le souverain garantie suprême de l’unité et de la permanence de l’empire car la fin contient le début mais le début ne peut présumer de la fin. « Je suis l’Alpha et l’Oméga » proclamait le Très Haut, via l’Apocalypse, prémisse de la Grande Conjonction mais Franzi laisse la mystique aux professionnels de la chose, il se contente d’envier Steeve, en pleine « illumination », selon le vocabulaire consacré, fixant une plate-bande de « Weisse Berliner », et les vastes prairies de l’histoire s’étendant à l’Ouest, vers l’avenir, la course du soleil. Franzi se raconte une histoire, s’invente une petite, toute petite vie, de celle qui tienne debout, sur deux jambes, tout enroulées autour du corps d’un garçon, avec du poil brun, un peu de barbe, des yeux intelligents et une lueur mélancolique, un garçon avec des goûts de garçon, un peu moins de trente ans, le prototype de l’ « honnête homme », selon l’archétype moliérien. En Oméga, Molière est un philosophe du Grand Règne, l’un des premiers auteurs français à avoir compris l’intérêt, la nécessité de la domination impériale. Trêve d’histoire … Franzi retourne à sa songerie, une bonne gueule, un corps sain, un peu de culot mais, surtout, sa vie en Alpha parce que la jeunesse est du côté d’Alpha, même quand on est vieux.

dimanche, février 26, 2017

Retour de Paris, février 2017

Rien à déclarer, ou si peu … La fête parisienne est belle et bien finie, depuis longtemps déjà mais la nouvelle donne sécuritaire a fini de plomber l’ambiance. Arrivée gare de Lyon, des policiers, quatre réservistes en treillis pas très réglementaire, chaussures sales et pantalons trop longs, quelques doutes quant à leur efficacité si l’arme est aussi en ordre que la tenue ! L’exposition Frédéric Bazille au Musée d’Orsay m’a attiré dans la ville ex-Lumière. Un peu plus de trois heures en TGV, un trajet agréable, collation, service impeccable, en première, soit, mais je n’ai jamais eu le souvenir d’avoir été tant considéré sur le chemin de Paris. L’impression va perdurer dans le métro, à la réception de l’hôtel, place de la Bastille, dans les grands magasins, au restaurant.

Les rues sont plutôt propres, pas une poubelle ne déborde, rien ne traîne, la voirie semble efficace et très discrète mais persiste une impression de crasse. Je n’ai jamais vu les rames de métro aussi bien  tenues et, pourtant, cela me dégoûtait de tenir les barres de sécurité. La foule n’existe plus à Paris, même aux heures de pointe, un peu de presse mais rien à voir avec la cohue du M2 lausannois ou des grandes gares romandes. La baisse du tourisme est visible, on soigne le client du reste, j’ai eu droit à une suite junior en lieu et place de mon placard à balai standard. L’agence franco-suisse auprès de laquelle j’avais réservé m’a un peu « baladé », j’ai fait montre d’un certain mécontentement, concluant que, la prochaine fois, je ferais comme d’habitude, je réserverais via Booking. Résultat : un généreux surclassement.

Partout, de manière compassée, lassée : serviabilité et amabilité ; parfois de la bonne humeur, de l’enthousiasme de la part d’une surveillante du musée ou d’un garçon de buffet à l’hôtel. Les parigots ont les pattes cassées, il n’y a que les touristes asiatiques qui vous marchent dessus et se montre sans égard comme la foule d’antan. Et au musée, inutile d’acheter des tickets coupe-file, il n’y a plus de file, vous n’en avez pas pour plus de trois minutes d’attente. Un tout prochain billet suivra à propos de la rétrospective Bazille. Au retour du musée, beaucoup de sirènes, lointaines, tournoyantes, comme une vieille urgence. J’ai appris le soir, en regardant les nouvelles, qu’il y avait eu « une manifestation monstre et des violences du côté de la place de la Nation », quasi hors les murs, rien qui ne semblait frapper les passants lors de ma promenade. Du reste, je trouve le commentaire alarmiste totalement décalé face à la réalité que j’ai perçue. Et il y a aussi Bobigny, au bout de la ligne 5, mais les automobiles incendiées sont déjà froides.

Deux jours, deux nuits, quelques courses, une belle exposition, un déjeuner, deux dîners, pas l’énergie d’aller au cinéma, le confort de ma suite m’a retenu derrière un téléviseur HD, Canal Cinéma en clair et « Le Professionnel » avec Belmondo au programme. Une promenade, tout de même, du côté du boulevard Saint-Antoine, une matinée ensoleillée, attraper encore quelques conversations par-ci, par-là, banalisation des rapports conflictuels. Par exemple, un type dans un café raconte à deux amis son arrestation par une dizaine de policiers, plaqué au sol, menotté, alors qu’il sonnait à la porte de celui qu’il croyait encore son petit ami, étrange façon de signifier sa rupture ?! Deux adolescents, sur un banc, place des Vosges, derrière moi, sans complexe, l’un parle de son cousin, de ses trafics, de sa fiancée que le cousin a mis sur le trottoir, et l’autre ado’ de demander si le cousin a déjà été en « garde-à ». Quant à monsieur et madame Tout-le-Monde, ils échangent beaucoup sur les moyens de frauder le fisc, d’économiser, d’acheter à bon prix, de vivre mieux pour pas cher …


Etrange vertige dans le train du retour, impression d’avoir erré dans le scénario d’un film catastrophe, l’introduction, on pose le décor, l’action ne va pas tarder, comme l’incendie qui roule discrètement sous la cendre.

jeudi, février 09, 2017

"Rebecca" de Daphné du Maurier

Ce récit m’avait frappé, très vivement frappé, je devais avoir … douze ans, peut-être treize, nous étions à la fin de l’été, début de l’automne, le dernier épisode coïncidait avec l’ouverture du comptoir. C’était une production de la BBC, les couleurs passées, poudrées de l’image, une atmosphère très particulière, très prégnante, on reconnaît ce genre de série au premier coup d’œil. J’avais été totalement subjugué par l’intrigue, le poids du non-dit et cet impératif de dignité imposé à chaque personnage. J’aurais aimé, aussi, être attaché à une tradition, une grande maison, Manderlay …

Plus de trente ans plus tard, une nouvelle traduction du chef-d’œuvre de Daphné du Maurier m’a décidé d’entreprendre cette lecture : Rebecca ! Quel choc, quelle expérience, quel suspens ! et pourtant, je connaissais l’intrigue, je vous vends la mèche, cela se termine par l’incendie du château après mille et uns rebondissements à fleuret moucheté entre la narratrice et cette garce de Mme Danvers, la camériste, la confidente, la nounou de l’absente à tout ce texte puisqu’elle est déjà morte lorsque débute le roman, à savoir Rebecca. Quel tour de force pour l’autrice, quelle habileté dans la construction. Figurez-vous que la narratrice – nous avons à faire à un roman en « je » - nous reste anonyme de la première phrase au point final. Elle devient assez rapidement Mme de Winter, seconde épouse de Maxim de Winter, veuf apparemment inconsolable de sa belle et brillante épouse (grande, brune, athlétique, charmeuse, excellente cavalière, marin aguerri, hôtesse remarquable, éduquée, cultivée, drôle, etc. et parfaitement insupportable au final et grosse p… à ses heures). Rebecca est de quasi toutes les pages, elle a tout fait à Manderlay, la grande demeure enchanteresse que toute la Grande-Bretagne admire. Elle a fait aménager les jardins, elle a redécoré l’ensemble du château, le meublant de pièces remarquables, fauteuils aux tapisseries anciennes, buffets sculptés, vases d’albâtres, bibelots de porcelaine précieux, tapis, tableaux, tentures etc. Et parmi tout ça, débarque une godiche à cheveux mous !

Et la godiche, récit en « je » oblige, c’est vous, c’est moi ! Je conçois que le roman plaise et frappe avant tout un public féminin ; les hommes ont beaucoup de peine à se glisser dans la place d’un autre, ils se croient … uniques ?! Il était quasi impossible à l’époque de Daphné  qu’un homme jeune épouse une femme bien plus âgée que lui, une maîtresse-femme, et enfile les pantoufles de son mari défunt. Aujourd’hui encore, il y aurait une sorte de « renouveau » du récit, même si cela se déroulait dans une noble demeure pétrie de traditions. Par contre, les femmes sont socialement coutumières de ce genre de situation (phallocratie et blablabla, on aura compris le laïus féministe). Toutefois, il existe une catégorie d’hommes capables de se retrouver dans une telle situation, de s’ébaubir sur de la brocante, des chevaux et des parterres d’hortensias, une catégorie à laquelle j’appartiens : les gays ! J’ai commencé ma vie amoureuse avec des hommes plus âgés que moi (recherche du père ? merci, Dr. Freud, vous pouvez disposer), je venais forcément à la suite de … , devant subir la comparaison avec mon prédécesseur, devant supporter sous un cheveu flagada et sapé comme une godiche (et une pauvresse) les soirées organisées par ma moitié du moment ; et les autres qui, en dépit de votre air emprunté, vous en veulent de votre jeunesse.  Pas une page, pas une phrase, pas un mot de ce roman que je ne porte et dans ma chair et dans mon histoire !

Rebecca paraît pour la première fois en 1938. Je ne connais pas les détails de sa réception par  le public mais je ne peux qu’imaginer l’engouement des lectrices d’alors. Ce titre figure dans le palmarès des romans … policiers ? Décidemment, je suis brouillé avec les étiquettes de genres. Il est vrai que le suspens n’est toujours pas éventé, que vous avez de la peine à lâcher le livre, que vous êtes sur les rotules après les mille et un rebondissements de l’intrigue (un chouïa trop alambiquée mais qu’importe). Oui, qu’importe au regard de la psychologie ciselée des personnages, les femmes surtout, les hommes ont tendance à être monolithiques et inexpressifs. Vous avez la puissance tutélaire et maléfique de Rebecca, son suppôt, l’irascible Mme Danvers et la narratrice, un hybride de Jeanne la pucelle et de David, armé de sa seule fronde. D’autres personnages féminins valent le détour : la grosse van Hopper (la narratrice était sa dame de compagnie au début du texte), la sœur et la grand-mère de Maxim et Clarice, la petite bonne. Maxim semble bien gentil  mais si inexpressif, comme pétrifié. Franck Crawley, le régisseur, a la souplesse d’un bout de bois, il y a tout de même du progrès par rapport à son patron. J’oubliais le beau-frère, un rondouillard jovial à qui Rebecca, alias super-salope, avait fait une gâterie alors qu’ils faisaient seuls un peu de voile sur le bateau de celle-ci. Le seul individu de sexe masculin qui ne semble pas avoir abdiqués de ses attributs, c’est le salaud de service, un butor nommé Favell, cousin et amant de super-salope, maître chanteur accessoirement, porté sur la bouteille et incendiaire présumé.

Je terminerai avec un mot sur Manderley, personnage non-humain, entité indépendante sur laquelle va se greffer l’expression de la volonté de Rebecca. Pour Maxim, il devient une prothèse à son orgueil défaillant. Il s’agit quasi d’une métaphore des mœurs bourgeoises britanniques. Maxim savait qu’il avait épousé une nymphomane ; en échange de ses incartades et autres parties de jambes en l’air, elle lui avait promis de faire de sa maison un lieu très en vue, le joyau du West Country. Pari tenu. Et une jeune femme amoureuse, sincère finira par crever tous ces faux-semblants.
                                                                                                                  


samedi, janvier 21, 2017

"L'homme sans qualité", de Robert Musil, suite et fin.

Il faut savoir poser le point final, il faut savoir mettre un terme à sa lecture. 2000 pages, deux volumes, mal pratiques, un roman fleuve quoiqu’inachevé, « L’homme sans qualité » est une expérience, une expérimentation, une façon d’être lecteur. J’ai passé plus d’une année avec Ulrich, l’anti-héros de Musil, et sa sœur Agathe, la cousine Diotime, le vieux camarade et général Stumm von Bordwehr, le directeur de banque Léon Fischel, le comte Leinsdorf, le sous-secrétaire Tuzzi, etc. Un texte long offre quelques belles possibilités d’intimité avec les personnages, ils deviennent des familiers. Si vous rajoutez encore l’usure d’une action qui piétine, comme un jour après l’autre, ils vous énervent comme des familiers. L’immersion est à ce prix.

Je n’ai pas le culot de vous jeter un lapidaire « c’était bien » ou, pire, « chouette roman ». Cette désinvolture s’accorderait si bien au but recherché par l’auteur, une sorte de prise de conscience en creux où la subtilité de l’analyse se le dispute à la passivité. Quel est, aujourd’hui, l’intérêt de lire 2000 pages à propos d’un empire disparu ? L’Autriche-Hongrie n’est pas une nation dissoute suite au diktat de Versailles, c’est une métaphore des sociétés libérales parlementaires, des Etats trop nourris et trop ennuyés qui finissent par perdre le sens même de leur survie. Dans ce pays – la Cacanie, dans le texte – il est impossible d’appliquer tous les règlements et leurs directives sans que cela ne bloque le système. Du coup, chacun s’arrange pour que ça marche, et ça fonctionne !

Les exégètes, surtout français, ont voulu lire une critique, la mise à plat de l’absurde de la gloriole impériale et obsolète, sous-entendu « ces gens-là sont à l’Ouest », « hu, hu, cher ami, cher ami … ». Le principal traducteur de « L’homme sans qualité », Philippe Jaccottet, n’est du reste pas français, même s’il vit à Paris. Il est vaudois, de Moudon, au Nord du canton, dans la Broye, là où l’influence germanique affleure sous l’identité latine (l’histoire du canton est un mille-feuilles latin-germain). Jaccottet comprend de l’intérieur la multi-culturalité de l’Etat K und K, impérial et royal, de sa pieuse unité en dépit d’oppositions irréductibles entre ses peuples. Il a su rester fidèle à la légèreté ironique musilienne. Le texte n’est pas un réquisitoire philosophico-moralisateur mais un constat, amusé, tendre souvent, un témoignage rédigé à postériori sans nostalgie notable. La catastrophe est une épreuve inéluctable, qu’importe son origine. La question : comment conserver son indépendance au cours des épreuves. Comment garder un regard émerveillé et l’appétit d’un enfant face à la vie. Ulrich et Agathe sont deux grands orphelins qui tentent de trouver la recette miracle.

Il y a une mystique musilienne, le parcours de l’auteur, son irrésolution ou, plutôt, sa volonté funambulesque à être, sans étiquette, sans rien déranger, observer et se réjouir, avec l’autre. Ne surtout pas condamner. Comprendre. Comprendre pour aimer … cette vie, l’autre, la source de tout ennui. Il y a de grands instants, le lyrisme d’un épisode, le vent novateur de la Sécession Viennoise. Si je me réfère à mes notes de lectures, p. 689, ch. 52 (tome 2, éditions Points), « Souffle d’un jour d’été » : symbolisme, quintessence du roman. Il s’agit des variantes et ébauches des années 1938-1942 destinées à compléter la troisième partie du roman. Savoir donner, ne rien faire qu’apprendre, apprendre à sourire rien que pour le geste sans vouloir le reste … Là où le hasard de la programmation d’un canal télévisé populaire (dans le mauvais sens du terme) vous glisse les paroles d’un tube de Florent Pagny et résume les intentions d’un homme sans qualité. Je n’ai pas achevé exactement ma lecture, au diapason de l’inachèvement du texte. Ne pas rentrer dans les arguties académiques. J’ai posé un point final. Je reviendrai, certainement, sur les notes et variantes qui restent encore … le temps que revienne l’Empire, quel que soit le nom qui lui sera donné, retour à cette cordiale et joyeuse mésentente brouillonne, le ciment européen et le charme discret de la bourgeoisie pour tous, quand l’histoire viendra parachever le grand roman de Musil.



lundi, janvier 02, 2017

« Nourrir le rein », épilogue rédigé en fin d’après-midi du 30 décembre au Cercle



Dans les représentations de la médecine chinoise, le rein est le siège de la force vitale et de l’équilibre physique. Arrivé dans son milieu de vie ( entre 40 et 50 ans), le patient – particulièrement celui qui travaille du chapeau – se trouve pris d’une faiblesse du rein qui « produit la moelle et remplit le cerveau » (selon le commentaire d’une encyclopédie de médecine orientale en ligne). Une sexualité effrénée (et compensatoire) durant les décennies précédentes, le poids du monde, l’inquiétude, le dépit vous vide le rein de son yin aussi sûrement que les impôts vous gobent votre treizième salaire et vous vous retrouvez sur les plots ! L’un de mes éditeurs, le plus bouillant, le plus enthousiaste, le plus délicat a décidé, du reste, de poser les plaques … pour un temps, et se refaire. Je rêve de suspendre mon sacerdoce d’auteur de la même façon. J’ai bataillé pour un petit tas de convictions, une certaine vision des choses, durant plus de vingt ans d’autofictions et d’essai ; je confesse une fatigue certaine. J’ai revisité quasi toutes les versions officielles de l’univers socioculturel dans lequel je baigne. Je les ai toutes méticuleusement retournées au pire, recalibrées au mieux. Cela ne m’a apporté ni la fortune, la célébrité, la paix de l’esprit ou du cœur. Rien. Sauf le respect de mes pairs, c'est-à-dire tout. Mes « boucles », mes récits, mes textes, l’œuvre serviront peut-être à nourrir le rein de quelque lecteur fourbu, tant mieux. Si ce n’est pas encore le cas, cela viendra, bien après moi. Ce « Credo » vient conclure et compléter un cycle débuté par « Appel d’air » (titre  qui tient du yang), en passant par « La Dignité », « Tous les Etats de la mélancolie bourgeoise », « Journal de la haine et autres douleurs » et « Escales ». Quasi une marche à suivre.


Je suis pile dans mon « milieu de vie », selon les critères médicaux chinois et je me sens la tuyauterie se débiner, comme un nœud endolori par en bas et la furieuse envie de ne pas bouger de ma couche, couette et couverture en fourrure polyester, le chien posé dessus ou dessous, son ronflement léger et la rediffusion de la saga « Angélique » à la télévision. L’oubli si ce n’est le bonheur. Est-il raisonnable d’avoir voulu réécrire le monde sans les outils de la philosophie ou de la sociologie officielles ?! Objectivement non, je m’y suis vidé le rein mais j’aurais eu des regrets à ne pas l’avoir fait. Sans Juda, pas de trahison, pas de crucifixion, pas de résurrection pascale, pas d’accomplissement des prophéties. Ma foi, il fallait bien que quelqu’un prenne le rôle de l’énervé de service.